Magdane : Les grandes surfaces
Je ne sais pas vous, mais moi, à chaque fois que je vais dans une grande surface, je tombe toujours sur le chariot qui couine. (Bruit du chariot)
Le chariot avec la roue bloquée par la feuille de salade. (Bruit du chariot).
Je me fais toutes les allées en dérapage (Bruit du chariot) et plus je charge mon chariot et moins j'arrive à le diriger.
Au bout d'un moment ça devient la lutte de l'homme contre la machine (bruit du chariot) et là d'un coup je vise l'allée des surgelés et j'ai tout le train arrière qui part dans les fruits et légumes ; et là je me retrouve bloqué par les quatre feuilles de salades, sur les quatre roues.
Impossible de faire marche arrière, obligé, pour revenir à la caisse qui est à deux mètres derrière, de refaire tout le tour du magasin tout en crabe.
Allons-y hein, t'arrives à la caisse, à la file d'attente, et là, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais dans les magasins il y a une grande loi :
peu importe la file d'attente que tu choisis, c'est toujours celle d'à-côté qui avance plus vite !
Celle que t'as choisie avant que tu arrives elle avançait super bien depuis qui tu y es elle avance plus. Y a comme un blocage.
Finalement tu fais la queue pendant une heure, il ne reste plus qu'une personne devant toi et là y a une autre loi dans les supermarchés :
le mec qui est devant toi c'est toujours le plus mou du monde !
Il y a un truc aussi : il a toujours un article où il n'y a pas le prix dessus...
Il y avait 400 fourchettes en promotion il en a pris une. Il a juste pris celle sur laquelle n'y avait pas d'étiquette !
Bon finalement c'est à toi. Il s'en va, c'est à toi ! Tu sors ton petit merdier tu le mets devant la caissière.
Et là la caissière elle te fait : « Non, non, non, non, non »
« Comment ça : « Non, non, non, non, non ? »
« Non, non, non, non, non, ici c'est la caisse 5 articles maximum »
« Oh non !!! »
« Faut que vous fassiez demi-tour »
« Il faut que je fasse demi-tour ? Oh non ! »
Là tu commences à faire ton demi-tour avec ton chariot dans un couloir de 80 centimètres de large avec un chariot qui doit bien faire 1 mètre 20 et tout en faisant ton demi-tour tu te promets de revenir un petit peu plus tard, pour poignarder la caissière avec une des 400 fourchettes en promotion !
Alors là tu te retrouves dans la bonne file d'attente, 50 personnes devant toi, 50 chariots bourrés à mort et là y a ta femme qui est allée chercher du pain qui revient !
Elle t'avait laissé à 5 minutes avant t'es à 50 centimètres de la caisse elle te retrouve t'es à 50 mètres derrière et dans une autre file, et là ça commence ! « Non mais ça va pas non ! Tu crois que j'ai que ça à faire ? Attendre mon mari qui recule dans les files ? Bon moi je m'en vais ! »
« C'est ça casse-toi, laisse-moi dans la merde va le bouffer à la maison ton pain étouffe toi avec ! »
Faut voir dans quel état de nerf on finit les courses.
Bon, une heure après, ton état de nerf s'est considérablement amélioré ! « Grrra » et là tu ouvres un oeil y a plus qu'une personne devant toi.
Et tu te dis avec le pot que j'ai aujourd'hui ils vont fermer la caisse juste derrière elle. C'est très sympa aussi.
Tu fais deux heures de queue : « Changement de caisse » « Oh non ! »
Remarquez un jour y aura plus de caisse, plus de caissière, plus de supermarché.
On ferra les courses chez nous devant la télé et y aura un bras électronique qui nous prendra le pognon directement dans la poche.
Là pour l'instant, on en est à la caisse électronique, très sympa.
« biiip biiip » Très sympa pour savoir le prix de ce que tu achètes.
« Combien ça coûte mademoiselle ? »
« Biiip biiip »
« Ça drôlement augmenté ! »
Et ça va très vite. D'ailleurs maintenant quand tu poses tes affaires, commence un concours de vitesse, entre la caissière et son tapis roulant d'un coté, et toi, et tes sacs en plastiques de l'autre.
« Biiip, biiiip », « Non attendez je suis pas prêt là, non, non », « Biiip, biiip », « Stop, stop », « Biiip, biiip », « Vous avez pas un petit sac ? », « Biiip,biiip », « un petit carton ? », « Biiip, biiip », « C'est pas la peine, tout est en train de se casser la gueule au bout du tapis roulant »
Là elle te fait l'addition d'un montant total de : « Biiip, biiip » et des poussières.
Tu lui donnes un chèque qu'elle rempli elle-même ce qui fait que quand tu sors de là tu ne sais même pas combien ça t'as coûté.
T'es fatigué. Oui quand on fait les courses on est fatigué.
D'ailleurs j'ai trouvé pourquoi. C'est une histoire de manipulation.
Tu prends ton produit tu le mets dans ton panier : 1 fois.
Arrivé à la caisse tu le ressors du panier : 2 fois.
Tu paies tu le remets dans ton panier : 3 fois.
Après tu le mets dans ta voiture : 4 fois.
Tu arrives chez toi, tu le descends de ta voiture : 5 fois.
Tu le rentres chez toi et tu le sors du sac : 6 fois.
Tu le mets dans ton placard. 7 fois.
Quand tu sors une boîte de petits pois le soir même ça fait déjà 8 fois qu'elle te passe dans les mains.
Tu la mets dans une casserole, 9 fois.
Tu la mets sur la table 10.
Ta boîte de petits pois elle pèse 10 kilos ! T'as le bras comme ça !
Et là y a toujours un con autour de la table qui dit : « Des petits pois c'est tout ce qu'il y a à bouffer ce soir ? »