Je zappe
La télévision, c'est quelque chose, c'est ... Écoutez !
Hier soir, ma femme me dit:
- Euh, euh, qu'est-ce qu'on donne ce soir à la télé ?
Je lui dit : - Ben, il y a deux films. Sur une chaîne, il y a "Thérèse", dans un genre pieu... classé pieu.
Et sur l'autre chaîne, il y a "Emmanuelle", dans un genre tout à fait différent ... enfin, classé X.
Bon, elle me dit: - Moi, je vais me coucher, pas toi ?
Je dis: - Non, moi je vais rester encore un peu pour voir le film.
Elle me dit: - Lequel ?
Je lui dit: - Eh, mais, mais ... le pieu .... avec un X.
Elle me dit : - Tu me raconteras ?
Je dit: - C'est ça ! C'est ça ! Je te raconterais...

Moi, j'ai dit. - Allez, va ! J'allume ma télé. Je prend mon zappeur - j'aime bien zapper, moi !
Je dit: - Bon, voyons "Thérèse"; puisque c'est ce que j'ai décidé.
Mais auparavant je vais jeter un petit coup d'œil sur "Emmanuelle" ... par acquis de conscience... une petite idée, bon !
Je zappe chez Emmanuelle.
- Ah ! La belle femme ! Ahhh !
J'en fais un peu là ! J'en fais un peu, j'en fais.. une indication !
Elle était chez son médecin. Il lui dit : - Qu'est-ce qui vous arrive ?
Elle dit: - J'ai une crise de foie !
Il lui dit: - Dévêtez vous, je vais vous palper !
Elle commence à retirer ses effets ... lentement...
Oh, j'ai dit: - Je vois le genre. Allez, tout de suite, au pieu ! (le film, le film....)
Je zappe sur Thérèse... en extase !
Elle était chez son confesseur qui lui dit : - Qu'est-ce qui vous arrive ?
Elle dit: - J'ai une crise de foi !
Il lui dit: - Faut prendre le voile ! Voilez-vous !
J'ai dit: - Autant que les mettre, je vais les mettre.
Je zappe sur Emmanuelle : elle avait tout dévoilé !
Alors là, j'ai dit: - Là, il faut que tu choisisses. Ou tu vois le voilé ou tu vois le dévoilé, voilà !
Alors : le voilé ou le dévoilé ? Je dit: - Voilé... vois les deux !
Je zappais avec une telle rapidité qu'à un moment les images n'arrivaient même plus à suivre.
Quand j'ai vu le visage de Thérèse sur le corps d'Emmanuelle, j'ai dit: - Où tu vas ? Où tu vas là ?
Si tu restes troublé à ce point, j'ai dit: - Reste sur Emmanuelle !
Et au moment ou je zappais sur "Emmanuelle", ma femme est entrée : - J'ai pas sommeil !
Allez, elle me dit: - Tu regardes toujours Thérèse ?
Eh eh ! J'ai dit: - Plus .. plus que jamais ... ah !
Elle me dit: - Tu n'as.. tu n'as pas bonne mine, qu'est-ce qui t'arrive ?
Eh ben j'ai dit: - J'ai une crise de foie.
Elle dit: - De quel foie ?
Je dit : - Des deux foies ! Enfin des deux fois ... enfin attention, non non, pas deux foies, non non...
J'ai dit : - De ce foie-ci. Celui qu'on peut palper... et puis l'autre foi, l'impalpable, l'autre mot : "foi".
Elle me dit: - Ben tu as déjà eu mal à tes foies ?
Je dit: - Mais autrefois, bien que des fois j'ai eu mal à mes foies...
Je sentais qu'elle ne m'écoutais pas... Elle regardait "Thérèse"
Elle me dit: - Mais, Pour qui Thérèse prie t-elle ?
Alors je ne sais pas ce qui m'as pris. J'ai dit: - Elle prie pour le repos du corps d'Emmanuelle !
Elle me dit : - Pourquoi, qu'est-ce qu'elle a fait de son corps, Emmanuelle ?
Alors, j'ai éclaté et j'ai dit:: - Qu'est-ce que tu veux que je te dise ?
Tu ne m'as même pas laissé voir le film !!!

Raymond Devos.