Parlez le quebecois
  • Ajoutez "-tu" après les questions : T'en veux-tu ? Tu m'écoutes-tu ? Je l'ai-tu ?
  • Remplacez :
  • Français : Je suis, tu es, il est, elle est, nous sommes, vous êtes, ils sont.
    Québécois : Chu (ou chui), t'es, yé, al'est ou 'é, on est, vous êtes, y sont
  • Français : J'ai, tu as, il a, elle a, nous avons, vous avez, ils ont.
    Québécois : J'ai, t'as, ya, al'a, on a, vous avez, y ont
  • Les mots communs qui se terminent en "-oir" sont souvent prononcés "-oèr" : avoèr (avoir), à soèr (soir), la bouilloère (bouilloire), etc.
  • Lorsque le son "a" se retrouve en fin de mot ou de phrase, il est prononcé "â" : le Canadâ, il s'excusâ, c'est par lâ, etc.
  • Un vieux "t" ancestral persiste dans les expressions :
    "Il fait frette" (froid), "Mon litte" (lit), "Viens icitte" (ici), "Pomme pourritte" (pourrie)
  • Quelques mots :

    Ma blonde (amie, copine ou amoureuse),
    Mon chum (ami, copain ou amoureux),
    Un bec (un bécot, un baiser),
    Un char (voiture),
    Une job (un travail; en français on dit aussi UN job, mais en québecois, UNE job...),
    Un party (une soirée, une fête),
    Un cellulaire (un téléphone portable),
    Le magasinage (le shopping),
    Un dépanneur (petit magasin général),
    Des patates pilées (purée de pommes de terre),
    Une cabane (une GRANDE maison),
    Un caribou (un renne sauvage, sous-espèce des rennes vivant en Amérique du Nord),
    Tomber en amour (Tomber amoureux),
    Avant-midi (le matin),
    Un newfie (un imbécile; la plupart des blagues sur les newfies sont les mêmes que nos blagues belges, les newfies étant les habitants de la province canadienne de Terre-Neuve (Newfounland en anglais)); ),
    Une chicane (un conflit),
    Du foin (de l'argent),
    Un bazou (une vieille auto),
    Une débarbouillette (une savonnette),
    Un piton (bouton qu'on appuie),
    Un pitou (un chien),
  • Quelques verbes :

    Chauffer (conduire un "char"),
    Magasiner (faire du shopping, faire les magasins),
    Chicaner (engueuler),
    Pogner (agripper, empoigner ou encore avoir du succès en amour),
    Se pogner l'cul (ne rien faire, paresser),
    Brosser, prendre une brosse (se saouler),
    Crouser (faire la cour, conter fleurette),
    Écrapoutir (écraser),
    Se faire passer un sapin (se faire rouler)
    Barrer (fermer à clef),
  • Quelques gros mots, insultes :

    Niaiseux, épais, innocent, écoeurant, mangeux d'marde, péteux, guidoune ( = femme facile, prostituée)...
    Mettre "maudit" devant ces insultes en augmente l'effet.
    Les "sacres" les plus courants sont : crisse, tabarnak (ou tabarnaque) (de tabernacle), hostie, calvaire, câlisse...
    On peut les combiner pour doubler ou tripler l'effet : osti de câlisse.
  • Petites expression quebecoises

    * T'sais ? (réduction de : "Tu sais ?" : Plusieurs Québécois ponctuent généreusement leurs phrases de cette petite expression !)
    * Asteure (réduction de "À cette heure", a le sens de maintenant)
    * C'est écoeurant...
    * Je suis tanné; c'est platte (j'en ai marre : c'est ennuyant / ennuyeux)
    * J'en ai en masse; j'en ai un char et puis une barge (beaucoup)
    * Envoye-donc ! (lorsqu'on veut convaicre quelqu'un de faire quelque chose)
    * Pendant la belle température, comme c'est agréable de prendre une marche (faire une ballade à pied)
    * Pantoute ! (ou "pas-en-toute", signifie "pas du tout!")
    * Tiguidou ! (c'est d'accord!)
  • Au Québec, on n'aime pas les gens qui s'énervent :

    Tords (/mange) pas tes bas !, Capote pas !, Brise pas ta chaîne !, Garde tes shorts!,
    Grimpe pas dans les rideaux !, Pogne pas les nerfs!

    Site à voir :
    http://www.dictionnaire-quebecois.com/definitions-a.html
    Merci à Isabelle C. pour ses commentaires...