Pierre Palmade : Les choix
Toi, finalement, t'as choisi de porter des lunettes...
Bon, ecoute : c'etait ça ou les lentilles... Toi tu as choisi les lunettes... Je vais te dire, c’est courageux !
Non, non, je veux dire ça te va très bien, c’est pas ce que je veux dire, non, non, non...
Je veux dire : c’est courageux d’avoir choisi.
De toutes façons, tu n’y voyais plus à un mètre, fallait faire quelques chose là.
Non, mais, là où je t’admire, c’est d’avoir choisi, entre lunettes et lentilles.
Moi je n’aurais pas su ! Moi j’aurais pas su, j’aurais pas pu surtout.
"Lunettes ou lentilles, lentilles ou lunettes ?"
Raaa, non. Là, moi j’aurais choisi… Raaa, je ne sais pas ce que j’aurais choisi. Franchement, chapeau là !
Toi on te demandes : « Tu préfères porter des lunettes ou porter de lentilles ? »
Et toi, tu réponds : des lunettes ; alors que tu aurais très bien pu répondre : des lentilles.
Non là, là franchement, chapeau.
Pour moi, ce genre de situation, c’est l’horreur. Ah non, je te jure !

Par exemple, je sais pas moi, tu me demanderais… je ne sais pas... Tu me demanderais, tu me demanderais... : Tiens :
Tu me demanderais par hasard, par exemple :
« Toi tu préfères, avoir des dents en bois, ou une jambe en mousse » (rires)
Je ne saurais pas quoi te répondre....
Ah je serais… je me dirais… qu’est-ce qui… qu’est-ce… ppppp… hein ?
Et toi ? Ben je te demande, qu’est-ce que tu préfères ? Avoir des dents en bois ou une jambe en mousse ?
Aaahahahaahaah ! Tu vois que ce n’est pas toujours facile !
Aaaaaaaaaaaaaaaaaah ! Il voit que c’est pas toujours facile....

Tu préfères, tu préfères avoir la grippe toute ta vie - tu ne guéris jamais - ,
- ou à vie, tu as trente canards qui te suivent partout ? (rires)
Qu’est-ce que tu préfères ?
Aaaaaaaaaaaaaah, ben t’as le temps pour répondre...
Parce que la grippe d’accord c’est pas… Mais trente canards, quand je dis partout, c’est partout, hein.
C’est à dire : au cinéma, c’est trente places; au restaurant, pareil; aux toilettes, je ne t’en parle même pas...
Et dans un lit, trente canards... Alors ?

Ah ben tu m’étonnes, moi non plus c’est des choix que je n’ai pas envie d’avoir, aaahhhh.
Bon, ben oublie, d’accord, je suis allé trop loin, ok.
Mais, voilà : Tu préfères à vie, avoir une tête de veau, ou, deux bras de neuf mètres ?
Comment ça c’est pas possible ? Ben si, c’est possible.
T’as une tête de veau, c’est possible ça ?
Mais attention, tu gardes ta voix, c’est toujours toi, hein ?
Tout le monde te reconnaît, tu dis bonjour normalement... mais, tu as une tête de veau.
Ou deux bras de neuf mètres. Qu’est-ce que tu préfères ?
Non, non, non, mais attends, réponds pas tout de suite parce qu’après, c’est à vie. Comme tes lunettes.
Attends, j’ai l’impression que tu ne comprends pas bien ce que je suis en train de te dire là.
Je ne te demandes pas si tu aimerais avoir une tête de veau.
Je ne te demande pas non plus si ça te ferais plaisir d’avoir deux bras de neuf mètres...
ça ne ferait plaisir à personne d’avoir deux bras de neuf mètres...
Tu imagines, pour dire bonjour, ou même pour se branler c’est l’horreur.
Non, quand je te demande, "tu préfères ça ou ça ?", tu dois répondre, tu es obligé de me répondre "ça ou ça".
Je veux dire, c’est pas compliqué, bordel ! T'es miraud, mais t’es pas bouché.
Bon alors : Tu préfères, tu préfères à vie - de toute façon à vie, bien sûr, à vie -
- avoir un avant de twingo greffé là comme ça,
- ou, chaque fois que tu parles, tu as un rat qui sort de ta bouche ?.
Qu’est-ce que tu préfères ?
Quoi la tête de veau ?
Ah ben non, justement pas, non, non, non...
Pas la tête du petit veau qui vient de naître...
Non, non, non, non, non, non... La tête de veau du tripier, toute lisse ; dans le ravier, là, dans son persil....
Bon de toutes façons, la tête de veau c’est trop tard, t’avais qu’à répondre avant.
Bon, et puis de toutes façons, il ne faut pas tout mélanger sinon ça devient n’importe quoi.
Non, c’est pas n’importe quoi.

Dis donc... Il y a aussi des choix évidents, je peux t’en faire des choix évidents si tu veux.
Alors d’accord ! Alors, allons-y pour les choix évidents :
- Tu préfères du sucre dans ton café, ou du sel ?
- Tu préfères fumer ta cigarette allumée, ou éteinte ?
- Tu préfères être heureux toute ta vie, ou que tous les mois ta mère change de sexe ?

C’est ça qui t’interesse ??? C’est ça que tu veux comme choix dans la vie ?
Ah ben dis donc, tu vas aller loin comme ça !
Faut peut-être pas t’étonner après si ta femme, elle… hein...
Ouais, ça va, je me suis compris, c’est bon.
Non, mais oublie, ok, ok, je m’excuse, je m’excuse, je m’emballe, je m’emballe.

Mais sincèrement, de toi à moi : Tu préfères, avoir trois yeux sous les couilles,
- ou, chaque fois que tu t’assois, ça fait un bruit de klaxon ?
"Pppppppptttttttttt !", tout le temps. "pppppppppppppptttttt !", à vie.
Qu’est-ce que tu préfères ? De toi à moi, les yeux dans les yeux... ou dans les couilles.
Assieds-toi, si tu veux.
On n’a pas sonné ? Ah ben non c’est toi !

Merde, merde, merde tu comprends ?
Moi je ne veux plus qu’on me demande si je préfère :
être un litre de lait, ou avoir Fernandel à la place de la jambe ?.
Tu comprends ?
Moi je ne veux plus qu’on me demande si je préfère :
avaler un bol de glaire tous les matins, ou avoir de la barbe à papa en guise de cheveux? .
Moi je ne veux plus ça. Je ne peux plus ça, tu comprends ça ?

Alors je te jure je t’adore, mais franchement, tu airais eu une bonne vue, on n’en serait pas là.


Sur ce principe, visitez le site web : http://www.tu-preferes.fr