Patrick Timsit : la grossesse
Ah, quelle angoisse, on dit les femmes, mais qui pense aux mecs dans cette histoire ?
C'est très angoissant d'attendre un bébé pour un homme, on a exactement les mêmes symptômes, les envies tout ça c'est pareil.
Tout de suite on a des envies. Moi la première envie que j'ai eu c'est de me barrer.
Mais oui, elle porte le bébé pendant neuf mois, et nous on la supporte pendant neuf mois...
Plus elle fait des montées de lait, plus je fais des descendes de vodka, je ne reste pas là sans rien faire.

Et les questions qu'on nous pose : « Elle est enceinte ? De qui ? », et voila encore une angoisse.
Est-ce que je suis le père ? Remarquez, on le saura tout de suite, j'ai un physique.
Ça, c'est l'avantage d'avoir un physique, d'un autre coté, j'ai un physique, je ne sais pas si ça ira à une fille.

D'ailleurs qu'est ce que ça va être ? Garçon ? Fille ?
Les gens me demandent toujours qu'est ce qui te ferait le plus plaisir ?
Moi, ce qui me ferait le plus plaisir, c'est un labrador.
Ce n'est pas possible, bah, un capitaine haddock en plâtre alors, j'y connais rien, c'est le premier.
Un homme c'est très con tant qu'il n'a pas eu d'enfant. Non, en fait, garçon, fille, je prends ce qui vient.
C'est pas grave si c'est une fille, c'est pas grave on en fera un autre.

Et puis, le môme, va falloir qu'on lui trouve un prénom. Mon père, il voudrait qu'on l'appelle Dominique.
C'est bien Dominique, ça marche pour les filles et pour les garçons.
En fait, mon père, c'est surtout qu'il a trouvé une gourmette en or avec marqué Dominique dessus.
Heureusement qu'il n'a pas trouvé un collier anti-puces. Sultan, ça handicape un gamin pour la vie.
J'ai essayé de piocher un prénom au hasard dans le calendrier avec une fléchette, j'avais peur de tomber sur armistice ou mardi-gras, enfin si je m'étais écouté il s'appellerait imprimerie Leduc à Saint Cloud.
Je ne suis pas très bon aux fléchettes, je suis meilleur tireur que pointeur.

Depuis qu'elle est enceinte, faire l'amour ce n'est pas évidemment, on est trois, je me sens espionné, et puis après, comment expliquer au gamin qu'il ne faudra plus qu'il rentre dans la chambre ?
Et puis qu'est-ce qu'on dort mal, qu'est que ça va être quand il sera né ?
Le biberon de minuit, celui de trois heures, de six heures : elle va me réveiller à chaque fois qu'elle va se lever.
Elle a des nausées, elle les a eu très tôt les nausées, pendant les rapport déjà elle vomissait.
Et le môme il va falloir lui préparer son coin, sa gamelle, une caisse pour ces besoins, je ne connais pas les termes techniques, c'est le premier, je ne sais même pas ce que ça mange.
En plus moi je suis jaloux, je ne vais jamais pouvoir supporter de le voir toute la journée sucer les seins de ma femme, déjà que j'y pas droit.
Non mais attendre un môme pour un homme c'est très angoissant.

Pour me rassurer, il lui on fait faire une échographie, c'est un supplice, ça fait un mal au yeux cet écran.
On dit qu'on ne voit pas bien moi je dit qu'on voit trop ; les boyaux, la rate, le foie, tu loupes rien.
Moi je connaît tout de ma femme, la beauté intérieure maintenant je sais ce que c'est.
Ah il n'y a pas beaucoup de nanas qui sont gaulées comme le foie de ma femme.
Ce que j'ai vu tout de suite à l'échographie c'est que c'est un fainéant : il y a un bordel dans sa chambre.
Ha ! ça va être une tête, d'ailleurs, pour le moment, c'est qu'une tête.
Ce qu'on voit bien, c'est les yeux : il a les yeux de cet acteur américain, qui a eu beaucoup de succès : E.T.
Non mais je devais avoir l'air complètement effrayé parce que le mec de l'échographie il a essayé de me rassurer :
« Mais n'vous inquiétez pas monsieur, il va se développer »
Ha, je ne veux pas qu'il se développe moi, je veux qu'il change.
Mais s'il ce développe comme ça c'est n'importe quoi.
Il va mesurer un mètre quatre dix dont un mètre de tête avec un cordon de trente mètre de log derrière lui.
Quitte à avoir un môme, j'aimerais en avoir un sans fil. En plus pour le moment il a les mains palmées.
Il parait que c'est normal ; s'il se développe comme ça il a un métier tout tracé le petit : rabatteur de merlus.
Non, mais à l'échographie, on peut savoir de quel sexe il est, faudra d'abord définir de quelle planète il vient.
Je ne veux plus que ma femme accouche, je ne veux plus.
En plus je me suis habitué aux gros seins, je ne pourrais jamais revenir en arrière...
Et puis la meilleure, ils nous on fait une cassette vidéo de l'échographie, et bah comme ça après on mettra l'accouchement, déjà qu'on à filmé la conception.
Enfin remarquez sur le film de la conception on nous voit pas très bien, on est caché tout au fond, derrière nos amis, ça lui fera toujours des souvenirs quand il sera grand.

Et quand il sera né il restera encore une angoisse : est ce qu'il sera beau ? On n'est pas objectif.
Et les copains je ne les vois pas me dire : « Ah, ah, pas terrible, il n'est pas génial ».
Les escrocs je les vois déjà défiler : « Ah, ah, il est ah, mignon.
Non, non franchement, allez, mignon, je trouve pas d'autre mot, dire autre chose ça serait désobligeant.
Ah il a un physique, il ne plaira pas à tout le monde. » ; « Alors il est où le petit monstre ? Oh pardon ».
Et mes parents, s'ils me disent qu'il est beau, je vais me rappeler comment c'est meublé chez eux, ça va me vexer.
Et pépé, je le vois pépé : « Oh mais dit donc, il a une toute petite tête, et il a un long cou, et quand je lui appuie sur le ventre il fait pouet pouet ». Mais arrête pépé c'est sa petite girafe ça !
Enfin bref, avec tout ça, on ne sait toujours pas si c'est un garçon ou une fille, on verra bien, si ça pond des oeufs, c'est que c'est une fille. Non mais je n'y connais rien c'est le premier.

Non j'ai changé d'avis je ne vais pas assister à l'accouchement, je ne vais peut-être même pas assister à l'enfance, non, je n'assisterais qu'à l'adolescence, et encore, vers la fin, quand il aura trouvé du boulot et quitté la maison...