FLORENCE FORESTI  :  Le texto (SMS)

Pardon, excusez-moi. Pardon. Je suis désolée.
(Rire bête) C'est un texto, je sais pas...
(Elle fait un signe de bisou)
Pardon, je l'èteins.
Mais là, c'est énorme ! Déclaration d'amour en direct. Le truc de malade !
Je vais l'archiver 10 ans. Je fume le texto, je le sniffe. Oh, putain !
Le texto que tu vas recevoir une fois dans ta vie. Putain... Trop beau, j'adore.
Calmez-vous. Arrête.

Je peux vous le lire ?
(public:) - Oui !!!
C'est sympa, super...

(Cris affolés )
C'est bon ! J'ai cru que je l'avais effacé....
Putain... Horrible. Il était remonté. Désolée.
Attends, je le duplique, comme ça, on le garde.

Alors, attends. Ecoute bien le texto de "guedin".
Le mec met... Je le connais à peine....
- Non, je veux pas faire pipi. Allez, arrête.

Le mec met... Ecoute bien. Ecoute... Oh, putain...
- "Salut, toi."
(Cri de plaisir) I'm sorry...

- "Salut, toi" : énorme ! C'est pas "Salut, la compagnie". Ni "Salut, les musclés".
Non : "Salut, toi" : le gars pointe du doigt, c'est déjà l'intimité.
Il aurait pu mettre... Bon, bref...

Attends, pas fini !
- "virgule." : comme par hasard ! Courbe, sensualité...
Il aurait pu mettre "point dans la gueule" ou "barre espace", non !

Pas fini, écoute bien :
- "Comment vas-tu ?" : Je vais te dire comment je vais !
Voilà, c'est tout...

Wouhou ! La folie !!!
(Elle refait un signe de bisou)
Ouh, je kiffe.

Je lui réponds vite fait.
Je réponds un petit truc et comme ça, on continue....
Désolée. Je réponds...

Peut-être pas tout de suite. Hein ?
Si je réponds tout de suite, il va me croire folle de lui, que j'ai attendu son message, que je suis "chou-crac-love".
Non, faut pas répondre tout de suite.
Une heure, c'est bien. Allez. ll est 42... A 52, nickel.
- Oui, je compresse, parce que si je fais 1h pile, le mec va se dire :
- "Ah, OK. Elle a attendu 1h pile, exprès, pour pas que je croie qu'elle est folle de moi."
C'est bon, genre... J'ai pas l5 ans.

Ou alors, je l'écris, je l'enregistre comme brouillon et je l'envoie après le spectacle.
Comme ça, vous m'aidez pour la réponse.
J'ai un doute. J'avais une idée, mais...

J'avais envie de répondre comme lui, mais en anglais, pour faire cool, genre :
- "Hey you, how you doing ?"
Non, c'est pourri. D'accord. C'est de la merde, c'est vrai.
On parle plus anglais par texto, l'autre ! C'est ringard, c'est "so 2009".

Non, je vais répondre un truc classique :
- "Salut, euh... Salut, toi aussi"... Salut-stucru"... ?
Non, je plaisante !

- "Je vais bien, je te rappelle. Voili-voilou..."
Jamais de la vie ! Oh, l'expression ringarde !!!

Je peux répondre un petit truc en espagnol. Ça fait la fille qui fait la fête...
- "Hola, guapo. Qué tal ?"
C'est bien, ça. Non ?
Non, "Hola, guapo", ça marche avec l'accent.
A l'écrit, ça fait "gapo". Il y a pas le charme, les castagnettes.
ll va se dire : "Pourquoi elle me parle de Galapagos ?"

Attends, il faut pas se planter.
Si j'envoie un texto maintenant, j'en envoie pas un deuxième après le spectacle.
Non, on envoie pas 2 textos si pas de réponse entre les 2. Trop "Desperate" !
Ou alors, je réponds pas. C'est classe aussi.
Oui, j'envoie pas de texto : ça fait la fille trop collante.

Rien à foutre. Je vais l'appeler : ça fait celle qui prend sa vie en main.
Ou alors, ça fait celle qui saute sur l'occase du texto.
Qui se sent autorisée à appeler parce qu'elle a reçu un texto.
- Genre ! Comme si j'avais besoin d'une autorisation.

(Rire ironique) - Non, mais attends...
Pour qui il se prend, ce CONNARD ?
Le mec m'envoie une "autorisation d'appel".
Il est malade, lui ! Il s'est cru où ?!!!
C'est ça, le texto ! : "Si t'en peux plus, appelle, tu peux..." - "Mais je t'emmerde !!!"

Il s'est pris pour un...
J'en étais sûre, que c'était un con.
Son texto, il pue la manipulation.
ll pose une question ouverte pour que je me torture à savoir quoi répondre.
Il a pas envoyé : "Salut, comment ça va ?" ...
- "Salut, toi."...
- "Virgule de fourbe" : allez !!!
- "Comment vas-tu ?" : Inversion sujet-COD pour t'embrouiller.
On les connaît. Le pervers narcissique par excellence.

Je l'appelle. Il s'est pris pour un dieu, il est fou. Je vais le tuer.
Je lui dis ses 4 verites ou je serai enervée.

(Messagerie.)
Parfait. Je vais le pourrir. Il va...

(Voix douce) : - "Oui, c'est moi. J'ai bien eu ton message..."
(Public) : (Huées)

- "Je... Je vais bien. Voilà. Je vais super bien. Ça va.
Je dis ça parce que tu voulais me prendre... prendre de mes nouvelles.
Je t'en donne, voilà. On se rappelle, OK ?
Voili-voilou.
Oh, non... Non, non... C'est pas moi qui ai dit ça. C'est une copine..."
- "Nathalie, arrête de dire "voili-voilou" avec ma voix ! "
"Ouf. Euh... Excuse.
Ecoute, il faut que je te lèche... Laisse !
Parce que je suis avec des gens. On bosse.
Je t'embrasse.
Non, je te connais pas. Je te tape dans le dos.
C'était Fiorence... Florence ! Avec L. Sinon, c'est "Fion rance".
Allez, des bisous tout doux... oh ! Tout doucement... ♫ "fermé pour cause de sentiments différents,
reviendrai peut-être dans un jour, un mois, un an" (Elle chante "Tout doucement" de Bibie)
- "On peut couper Nostalgie ? C'est chiant !"
- "La ringarde...

Je t'embrasse, à plus.
Ciao.
A plus dans le bus !"

Oh, non ! Non !!!
"A plus... Dans le bus." Parfait !
(Elle klaxonne). "Nickel, Miguel. A demain dans le train ! A bientôt dans le métro !"...
Je suis ridiculisèe...


(c) Florence Foresti. Extrait du spectacle "Mother Fucker"