http://buze.michel.chez.com accueil Livre d'or
FLORENCE FORESTI  :  La rupture

Du coup, c'est emmerdant. Si, c'est emmerdant pour moi, cette beauté.
Au quotidien, c'est compliqué, surtout avec les hommes. Ils sont impressionnés.
Ils m'approchent pas. Ben non, jamais. Jamais.
C'est normal. Je suis quoi, pour eux ? Je suis un peu une intouchable. Enfin, c'est pas tout le temps comme ça.
Ça arrive que je sorte avec le premier venu... Enfin, le premier venu... Le dernier parti dans les soirées, surtout.
Ça, ça craint. Je le déconseille. En général, on boit beaucoup. Et le matin, on se rappelle pas.
- "Ah, bonjour. C'est donc toi ?!"
C'est horrible. Ça vous est déjà arrivé, les filles ? J'espère que oui. Sinon, je suis qu'une merde.
Si, cette sensation d'avoir passé la nuit avec... avec le chanteur de Gold. "Un peu plus près des étoiles..."
Ces matins-là, on a très envie... On le produirait presque. Pour qu'il s'en aille, qu'il parte de chez nous, mais vite, très vite.

- "Euh... Bernard ?... Merde. Euh... Bertrand ??? Euh... Merde. Christophe ???? Oh, putain.
- Ohé ! Ohé ! "Capitaine abandonné" ?
- Bruno ! Pardon, c'est ça ! Excuse-moi... Bruno, tu peux venir voir ?
- Ah, mais t'es là ? Je croyais que t'étais loin, parce que... C'est un effet d'optique.
Ça va ? T'as bien dormi ? Dis donc, t'es poilu... Je me rappelais pas. C'était ça, l'allergie, alors ?! Je me disais : J'ai pas de chat.
Bon. Hein ? Non, je voulais juste qu‘on discute...
Hein ? T'as que ça, comme T-shirt ? En filet, comme ça ? Non, c'est sympa. C'est aéré, en même temps...
Bien. Non, rien du tout. Enfin, deux petites secondes pour te dire que c'est pas la peine d'aller plus loin. C'est peut-être mieux qu'on s'arrête là.
Hein ? Pourquoi ? Ben, parce que... Quand même... Parce que... Le quotidien nous a bouffés, Bruno. Oui, au bout d'une nuit. Je me lasse vite.
Donc si tu pouvais... Hein ? Ah non, tu ne m'aimes pas. Je t'assure. C'est impossible. Je suis pas celle que tu crois, blaireau...
Bruno ! Pardon. Bruno... Mais comme c'est la même famille, j'ai...
En te quittant maintenant, je te rends service. T'auras pas à le faire plus tard. Allez.
Hein ? Mais non, c'est pas parce que tu roules en Ford Escort !... Pourquoi tu dis ça ? Elle est sympa....
La jaune ?!!! C'est bien. J'ai cru que tu avais du courrier pour moi. Non, c'est rigolo.
Mais j'ai pas honte de toi !!! J'ai passé l'âge... Je t'ai pas caché à mes amis, je t'enlaçais très fort... Comme t'es petit, on te voit pas. C'était pas volontaire.
Mais si, ça se porte encore, la nuque longue. Bien sûr !!!... Regarde Candeloro.... Voilà. Vous êtes deux en France.
Quoi ? Les chemises en soie ? C'est bien.... Tu rigoles ou quoi ? La soie lavée violette, chauve-souris, comme ça ?
C'est tendance. Tout le monde en porte en... en Franche-Comté, peut-être.
Hein ? Ton look n'y est pour rien.
Mais tu devrais te trouver une fille qui te ressemble. Enfin, grosso merdo. Dans la silhouette, quoi. Comme ça. Je sais pas comment tu fais.
Voilà. Une fille avec un mousqueton et des clés. (Elle imite le tintement des clés). Vous aurez deux mousquetons...
Une fille bien, peut-être, tout simplement. Je suis pas une fille bien, moi. Je suis Scorpion ascendant Scorpion.
Je fais mal aux autres en permanence. Tout le temps. La preuve, tu pleures. Je te fais pleurer.
Enfin, on sait pas si tu pleures... Les larmes qui partent comme ça, là ? Ça n'existe pas. Les gens normaux, c'est la gravité. Ça coule. C'est obligatoire.
Non, j'ai pas de Kleenex. Ben, colmate. Comme ça. Ou comme ça, je sais pas.
C'est pas ton parfum qui te fait pleurer ? C'est fort, ce que t'as mis. C'est chargé. Moi, ça m'a brûlée, là.
Ça a décollé un pan de la tapisserie. "C'est pas possible, mais ça me fait rire.
C'est quoi, ta merde ? Le nom ??? "Retiens la nuit" ? "Non, c'est sympa. C'est bien. Ben, moi, je te retiens pas. Hop !
Je rigole. Excuse-moi. C'est parce que je suis humoriste.
On va peut-être pas y passer la nuit. Pas une de plus. On est grands. On est adultes. On a fait un bout de chemin ensemble.
Voilà. Une nuit, c'est un bout de chemin. C'est un petit bout d'un petit chemin. Un petit "chemininou"... Je sais pas, comme une année de camping.
Je sens que ça te parle, cette image. Voilà. On a fait une année de camping ensemble. Mais là, les vacances sont finies. Rentrons la caravane.
Arrête de pleurer, ça va. Je voulais pas te faire de mal. Ça m'embête, de te voir comme ça.
Bon, ben... "Reste pour le petit-déj', si tu veux... Tu veux quoi ? Un café, un thé ?
Un Ricard ?!!!
(c) Florence Foresti. Extrait de "Florence Foresti fait des sketches à La Cigale" (sketch 8/12)