FLORENCE FORESTI  :  La nature est bien faite

La nature est pas bien faite, c’est n’importe quoi, j’ai regardé, c’est du travail de sagouin, c’est nul.
Ha ben, je vous dis que quand on regarde l’être humain on sent bien que le chantier à pas été terminé.
Ha ben j’sais pas qui c’est occupé de ça mais c’étaient des saligauds les gars.
Si la nature était bien faite on serait vraiment équipé pour faire face à tout ce que la nature nous inflige.
Mais là c’est pas le cas.

Pour la pluie par exemple on s’énerve, pour la pluie on est pas équipé, on prend l’eau partout, on est mouillé…
Si la nature était bien faite, ben j’sais pas, on aurait des cheveux en plastique comme les playmobils.
Avec des petits chenaux sur les côtés, pour évacuer.
Ce serait bien, des petites gouttières.

Et on pourrait changer de coupe ! (elle bouge comme un playmobil)
Hop là, allez, rousse !
Qu’est-ce que j’en ai à foutre.
Voilà. Non mais c’est vrai, ils ont pensé à rien les mecs, quand ils nous ont conçu.

Y’a même pas un rangement sur le corps.
Y’z’auraient pu faire un p’tit tiroir, une boite à gant, j’sais pas, une poche !
Une poche ventrale pour les clefs de bagnole, le portable, quelque chose.
Ils l’ont fait sur le kangourou, pourquoi ils le font pas sur nous !
Ben quoi, y’avait un concours ?
C’était celui qui sautait le plus haut ? C’est ça ?
Ah ça m’énerve !

Des détails, mais des trucs importants, des finitions ils ont oublié.
C’est vrai, si la nature était bien faite, on aurait un bras amovible pour la nuit.
Ben le bras gauche il sert à rien la nuit, il m’énerve, il gène.
Hein ? Ou le droit, ça dépend de quel côté vous dormez.
Bien sûr, m’enfin, y’en a un on a envie de le jeter.
Bon ! C’est bien la preuve qu’on devrait pouvoir l’enlever.
Aller hop, j’vais me coucher… (Elle fait semblant d’enlever ses bras)
Quoi ? Ah, ce soir, tu veux ? Ah bon… (Elle fait semblant de remettre ses bras)

Bon y’a quand même deux ou trois trucs bien faits dans la nature.
Si, y a des trucs qui marchent bien, faut avouer, j’sais pas, ils ont eu des éclairs de génie les gars, mais y’a des trucs qui vont très bien.
C’est vrai par exemple que l’homme et la femme s’emboitent bien.
Ça on sent qu’ils y ont passé des heures de test, ça, c’est vrai ça marche super bien.
L’homme et l’homme s’emboitent aussi d’ailleurs, ils avaient prévu le coup au cas où la femme se barre.
Si, il leur fallait un plan B, ils pouvaient pas rester comme ça.
Attends, on sait jamais, si on compte pas sur elle.

Y’a des trucs bien, si c’est vrai, y’a des trucs magiques aussi, par exemple le ventre de la femme qui s’étire, comme ça, a l’infini pour la grossesse, c’est bien conçu ça, c’est beau.
Celui de l’homme d’ailleurs, pour la bière.
Non, mais ils y ont pensé, ils sont pas bête.

Y’a des trucs super bien, les oreilles c’est pas mal.
Belle création les oreilles, c’est bien, enfin, c’est bien placé on va dire.
Sur les côtés c’est bien, non parce que l’oreille là !
Par exemple au téléphone, on aurait eu l’air con c’est nul.
Avec un walkman laisse tomber.
Non, sur les côtés c’est bien.
C’est bien, mais franchement, deux trous auraient suffit, pour l’usage qu’on en a.
Pourquoi ils sont allés nous coller tous les virages, les montagnes les machins.
On s’en fout, ça énerve tout le monde.
J’sais pas, dans l’équipe de designer y’en avait un qui devait être branché art-déco.
Ça devait être le fils du patron, ils lui ont laissé faire des moulages.
Il a dit : - « Oh, j’y vois quelque chose formidable pour l’oreille, ah attends, tu sais avec les virages les montagnes les vallons, les vallées, houhou, je vais faire une protubérance ce sera le lobe, ça va être magnifique ! »
N’importe quoi.

Ah oui là, là où ils ont déconné par exemple si la nature était bien faite, moi j’sais, par exemple les filles nous, on aurait les fesses devant.
Ben pour pouvoir les regarder au moins une fois correctement dans notre vie dans la glace.
Non, parce que ça on en peut plus, on en a marre.
On sait pas comment on est, on ne sait pas.
C’est pour ça qu’on est comme ça.
Ou alors fallait faire la tête qui pivote à 360 degrés.
Voilà, qu’on jette un oeil, technologiquement c’était possible, ils l’ont fait un petit peu.
Pourquoi ils ont arrêté en plein chantier ?
- « Allez, on va bouffer les gars ! »
Ou alors y avait que des hommes, je pense, à la création.
L’équipe dans l’entreprise qui nous a fabriqués y’avait que des hommes.
Du coup ils ont dit : - « Heu, Paulo ! »
Ouais, il s’appelaient Paulo.
- « Heu, Paulo, c’est toi qui fait l’assemblage final ?
Bon, he ben mets leur plutôt derrière les fesses aux filles, mets leur plutôt derrière.
Ben pourquoi ?
Ben comme ça on pourra les regarder comme ça dans la rue sans qu’elles s’en aperçoivent.
Voilà !
Comment ça si elle tourne la tête ?
Ha mais non, je t’ai dis la tête tu la fais tourner à 45degrés pas plus.
On l’a décidé en réunion ça, aj ben oui bien sûr, par contre tu fais pareil sur les hommes, sinon elles vont se douter de quelque chose.
Evidemment. Mais fais marcher un peu ta… Ah la la. »

Et puis des poils, pourquoi ils nous ont mis des poils à nous les filles ?
On s’en fout des poils.
On passe notre vie à essayer de les éliminer.
Plus personne en veut.
Pourquoi ils ont fait ça, ça c’était une erreur aussi qu’y a eu sur la chaine de fabrication.
C’est sûr. Ha ben si, là y’a un mec qui était bourré, le préposé aux poils.
Y’a un moment il a fait n’importe quoi : « Ho merde ! C’est une fille ça ?
Ha putain mais fallait le dire les gars !
J’y ai collé du poil aux pattes et de la moustache moi !
Ha ben ouai, toute la série là, j’ai tout fait.
Et encore elle a de la chance j’allais attaquer le torse là.
Oh la boulette, qu’est-ce qu’on fait ? »
- « Ha bah laisse Paulo, elles s’épileront.
Ouais, laisse, ça leur laissera moins de temps pour nous faire chier !
Vas-y, mets-en, mets-en partout !»

Et puis alors du coup ils se sont servis, dans les dosages, ils ont fait ce qu’ils voulaient les garçons.
- « Paulo, mets leur un peu moins de muscles aux filles.
S’il te plait, si, un petit peu moins.
Ben pourquoi ?
Je sais pas, une intuition. Voilà.
Mais si ça tourne au vinaigre on sera bien content d’avoir le dessus.
Fais ce que je te dis. Ça nous servira.
Vas-y, enlève, enlève.
Quoi c’est pas juste ?
Allons !
C’est pas équitable…
On s’en fout.
T’as qu’à leur rajouter un truc qui nous sert pas…
Mais leur un truc en plus m’en fous.
C’est quoi ça là ?
Des neurones ?
Ouais, ben vas-y mets leur, vas-y, j’en veux pas…

Par contre Paulo, tu nous mettras un peu de second degré à nous les garçons. »
c) Florence Foresti. Extrait de "Florence Foresti fait des sketches à La Cigale" (sketch 7/12)