http://buze.michel.chez.com accueil Livre d'or
Le Chantier
Eh Madame... Madame ! …
Qu'est ce qu'elle fout, cette connasse ?
Madame !
Qu'est ce que vous voyez, Madame ?
Oauis, exact, ouais, je suis d'accord avec vous, un plafond, ouais, je suis d'accord.
Mais là où je ne suis pas d'accord avec vous, Madame, c'est qu'il y a des infiltrations, et c'est très grave.
Qu'est-ce qu'on fait, Madame ?
On attend que le plafond, il tombe sur la gueule à votre enfant il qu'il le tue, ou on dépense 3 mille balles ?
C'est vous qui voyez, hein ?
Excusez-moi, Madame....

Attends, c'est qui le con avec la Jaguar sur le chantier ?
Oh ! C'est privé le chantier, Monsieur.
Oh ! Vous reculez la Jaguar...
Tu recules ta belle chiotte, et tu fous le camp ! Le chantier est privé.
Tu comprends ça ? Oh tu comprends le français ou tu veux mon poing dans ta gueule ?

Hein ? C'est votre mari ? Pardon...

Mais je le connais, ce con !
Je l'ai déjà vu à la télé !
Ah, d'accord... !
Elie... Mou...mou....
Ah, d'accord...
Oh, ça fait bizarre...
Eh bien, enchanté... en chantier...
Ah, c'est marrant, quand je vous ai vu je me suis dit, c'est pas possible, c'est une fausse imitation...
Mais en mal fait...
Vous, vous faites plus petit qu'à la télé.
Surtout dans la Jaguar, là vous êtes ridicule, là.
Oh non, c'est marrant, ça fait bizarre...
Je vous aurais plutôt vu avec une blonde à forte poitrine.
Alors que votre femme elle est pas terrible, hein ?
D'accord, non, non, ça fait bizarre.

Vous savez à quoi je vous ai reconnu ? -
À votre visage.
Ça fait bizarre...
Attends …

Kevin ! Kevin, viens voir, viens voir …
- C'est mon gamin, il va halluciner.
Regardes, regardes la tête de con !
Regardes le Charlot.
Ça va... c'est pas la peine d'être mal à l'aise non plus.
Tu vas pas à faire ta star, non plus, il fallait faire un autre métier, et puis c'est tout.

Regardes... regardes la tête de con, tu le reconnais pas ?
Un monsieur qui fait des conneries à la télé...
Non, non, pas celui qui est mort , l'autre.
Voilà... Elie Semoul.

Eh... Monsieur Semoul...
On doit pas vous le dire souvent, mais j'aime bien ce que vous faites.
Oui, donc, je disais à Madame Semoul là, que il y a que …
On a envie de zapper là !
Bon.
Donc, je disais, il y a des infiltrations, c'est pas bon, ça.
C'est mauvais.
Là, les enculés, les salauds, ils l'auront caché sous un faux plafond.
C'est qui vous a vendu la baraque ?
C'est des Juifs ?
Ah, ça ne m'étonne pas.
Ah ça, les Juifs ! C'est tous... Oh, euh, ah... !

Qu'est-ce que t'as, Kevin à regarder Monsieur Semoul ?
Tu as jamais vu une personne d'obédience judaïque ?
Eh bien tu dis Shalom et tu fous le camp, voilà.
Espèce de petit malpoli, va ! Fils de con !!!

Bon, ce que j'essaye de vous dire, Monsieur Semoul, au niveau de l'électricité, qu'est-ce qu'on va faire ?
On le garde comme ça, tout pourri, ou on change tout ?
Ah, on change tout, hein, bien sûr.
Donc, c'est un conseil que je donnais à un collègue à vous qui est dans le métier, comme vous …
qui fait le con aussi …
- Dindon, Vincent Dindon.
Il est bien, Monsieur Dindon, hein ?
On lui a fait toute sa plomberie à celui-là.
Par contre, c'est un vrai connard, hein ?
Il est là, comme ça avec son petit peignoir, et il a sa grosse tête et tout, hein ?
C'est pourri comme milieu, non, le showbiz, non ?
C'est combine et compagnie, non, c'est ça ?
C'est de la merde, ça.
Et puis le dimanche, quand on s'emmerde, on se téléphone, puis on fait un partouze générale, non, le resto du cul, j'sais pas quoi … Hein ?

C'est comme l'autre, Mireille Robin là.
Avec son sketch du chantier. Elle fait du tort aux petits artisans, celle-là.
Elle nous a fait passer pour des voleurs.
Faudra pas qu'elle s'étonne si elle se réveille avec un coup de truelle dans la gueule à celle-là, hein ?
C'est une belle connasse !
Hein ? C'est une amie à vous ?

Vous lui demanderez un autographe...
Non, je me permets moi aussi quoi, parce que disons, d'ailleurs, moi aussi, j'ai été dans la branche...
Ouais, il y a pas que toi, mon pote !
Non, j'ai eu ma période de showbusiness, oui, exact.
A une époque je sortais avec une des sœurs Castoniette.
Enfin, maintenant elles sont inaccessibles, mais c'était une époque où elles étaient pas connues...
Quoi ? Elles sont toujours pas connues ? hein ?
Bon, bref...

Bon, niveau plomberie, Monsieur Semoul, là, il y a rien à dire.
Champion, bravo, hein.
Sauf si vous avez l'intention de faire une salle de bain et des toilettes.
Oui, alors il faut tout changer.

Oui, les cheminées, là j'imagine qu'on les garde pas...
C'est pourri de toute façon... on les a déjà détruites avec le gamin.
Les portes, les fenêtres, on les a brûlées.
Hein ? Du 17ème siècle ?
Ah c'est pour ça que ça a bien pris !
Mais je pouvais pas savoir que vous aimiez les vieilleries, moi, Monsieur Semoun.
Je pouvais pas savoir... On ira chez Leroy Merlin, c'est aussi mieux.

Bon, le mur là, vous pouvez l'abattre.
C'est bon, ça.
Ça va agrandir les toilettes de 30 à 40 mètres carré. Ça c'est bon.
Hein ?
C'est un mur porteur ?
Oh, il faut pas les toucher, Monsieur Semoun, là.
Sinon, la baraque, elle se casse la gueule, hein ?
Heureusement que je vous l'ai dit, celui-là.

Ah bon, voilà, je crois on a tout vu.

On va voir le plus important, Monsieur Semoun...
La partie financière, Monsieur Semoul...
Qu'est-ce que vous avez prévu au niveau budgétisation, Monsieur Semoul ?
Ah, il faut rajouter un zéro, là !
Ah là, je vous le dis : Le devis, il va faire des petits, là !
Ah non, croyez-moi, moi ça fait 15 ans que je suis dans l'arnaque... dans les travaux.
Non, puis vous, vous y connaissez rien au niveau bâtiment.
C'est pour ça que pour vous le devis il est pas pareil.
Eh, Monsieur Semoul !
Un p'tit billet de 100, 000 c'est rien pour vous.
C'est deux, trois conneries chez Arthur, il faut pas me la faire non plus... Tas de paresseux !

Bon, allez... au plaisir, Monsieur Semoul
On vous laisse à vos conneries...
Eh hop, Monsieur Semoul, attendez, eh...
Monsieur Semoul...
Allez pas faire un sketch sur moi, hein ?

(c) Elie Semoun