http://buze.michel.chez.com accueil Livre d'or
Les enfants

Un jour ... je m'apprêtais à traverser la rue et à coté de moi il y avait une dame qui s'apprêtait à le faire aussi qui se tourne vers moi et qui dit :
- "Oh le beau petit garçon !"
Moi, j'ai cru qu'elle s'adressait à un enfant qui devait se trouver derrière moi ... et que je devais cacher !br> Pas du tout ! C'était de moi qu'il était question !
Elle me dit : -"A ton âge ton papa te laisse sortir tout seul ?"
Je lui dis : - "Mais madame il y a longtemps que je n'ai plus mon papa"
Elle me dit : "Oh mon pauvre petit ! Donne-moi la main, je vais t'aider à traverser la rue."
Je lui dis : - "Mais madame vous vous méprenez ! Je ne suis plus un enfant !
- "Vraiment ?"
- "Mais enfin madame, voyez ma taille ... ma corpulence ... je suis gros !"
Elle me dit : - "Oh mais, il y a des petits gros !"
Je lui dis : - "Un petit gros il y est gros mais petit. Moi je suis gros mais grand ! "
Elle a fini par m'avouer que, comme elle n'avait jamais eu d'enfants, elle ne savait pas ce que c'était !
Je lui dis : - "Enfin, madame à votre âge !"
Elle me dit : - "Mais quel âge me donnez-vous donc ?"
Moi je lui donnais entre trente et trente-cinq ans ...
Elle me dit : - "Je viens tout juste d'en avoir cinq !"
Je lui dis : - "Et à ton âge ta maman te laisse sortir toute seule ?"
Elle me dit : - "Il y a longtemps que je n'ai plus de maman."
Je lui dis :- "Pauvre petite ... Donne-moi la main !"
Puis je l'ai aidée à traverser la rue.
De l'autre coté de la rue, comme je lui lêchais la main, elle a pris la mienne et elle m'a accompagnée jusque devant chez moi.
Devant chez moi, comme elle me lêchait la main, je l'ai prise par le bras et je l'ai accompagnée jusque devant chez elle.
Et ce petit jeu a duré des semaines et des semaines !
Vous me direz : - "A quoi jouiez-vous?"
- "Tantôt à la dînette, tantôt au cerceau ... Le plus souvent à la marelle !"
Jusqu'au jour ou elle a voulu jouer au papa et à la maman .
Là je lui ai dit: - "Ecoute, nous sommes encore un peu jeunes pour jouer à ce jeu-là !"
Elle en était toute attristée. Pour la consoler, je lui ai promis que plus tard, quand on serait grand on se marierait !
En attendant je lui offert une poupée, pour qu'elle se familiarise tout doucement !
Alors ... quand on dit qu'il n'y a plus d'enfants ! Des petits peut-être ! Mais des grands ... !!!

Raymond Devos.