http://buze.michel.chez.com accueil Livre d'or
Chevalier et Laspalès : LE WEEK-END
CHEVALIER : Ah vivement le week-end !
LASPALES : Ah, le mieux, pour le week-end, c'est d'aller chez des amis qui ont les moyens !
CHEVALIER : Oh, bah c'est sûr, hein... Tu te détends mieux quand c'est pas à tes frais.
LASPALES : T'as pas les responsabilités..., par exemple, si il y a un incendie ou un dégât des eaux, bon bah... tu t'en fous, t'es pas chez toi !
CHEVALIER : Et puis, chez les autres, tu te reposes. D'ailleurs moi je le dis à mes amis :
« Je vous préviens, je suis invité, j'aiderai pas ! »
LASPALES : Surtout pas aider. Si tu casses un truc, ça te retombe dessus, eh oui.
CHEVALIER : Quand t'as accepté d'aider une fois, eh bah t'es piégé. Ils abusent.
LASPALES : Eh bien sûr ! Moi, un jour, j'avais eu le malheur de dévisser le couvercle d'un pot à cornichon...
CHEVALIER : Oh l'erreur, oh l'erreur, l'erreur...
LASPALES : Bon
CHEVALIER : L'erreur !
LASPALES : D'ailleurs, ils ont eu l'idée, dans le jardin, ça a pas loupé :
ils m'ont demandé de déplier une chaise !... Les salauds !
CHEVALIER : Ah mais, il faut se faire respecter dès le départ, hein.
Moi, si à table on me demande de découper le poulet, je dis :
« excusez-moi, je suis pas cuisinier. »
LASPALES : Pareil quand ils te donnent un tire-bouchon : « excusez-moi, je suis pas vitrier »
CHEVALIER : Mais ne débouche jamais une bouteille chez quelqu'un d'une manière générale, jamais, hein ? Jamais !
C'est un coup à te péter une vertèbre et ton assurance marchera pas !
LASPALES : Par contre, y'a un truc que tu peux faire avec ta bagnole, si elle est déjà un peu bigornée.
CHEVALIER : (soupir)
LASPALES : Tu te colles bien derrière celle de tes amis...
CHEVALIER : Ouais
LASPALES : Puis, le matin, tu dis : « Oh, vous auriez pu faire attention en reculant... j'ai l'avant qui est tout enfoncé... » et puis tu fais un constat !
CHEVALIER : Ouais... ou alors tu les obliges à te donner du liquide...
oh, c'est pas parce qu'on est entre amis qu'il faut se laisser faire, hein !
LASPALES : Déjà bien beau qu'on vienne les voir dans leur patelin de bouseux
CHEVALIER : C'est pour ça qu'ils t'invitent, parce qu'ils s'emmerdent dans leur trou.
LASPALES : Alors moi, maintenant, quand je suis invité, je fais plus de cadeaux, hein, c'est pas apprécié.
CHEVALIER : Ça sert à rien.
LASPALES : Un jour, j'amène des gâteaux. Bon, hein, quand même, tu sais, des biscuits.
CHEVALIER : Ouais.
LASPALES : Non, mais, des bons, hein, ceux qui sont présentés dans le coffret allongé.
CHEVALIER : Ouais
LASPALES : En papier, là.
CHEVALIER : Ouais
LASPALES : Mais tout au beurre.
CHEVALIER : Ah bah bien sûr, je sais bien, des « petits-beurres ».
LASPALES : Voilà.
CHEVALIER : Voilà, oui, oui...
LASPALES : Des « petits-beurres »
CHEVALIER : Ah bah, c'est pas le biscuit ordinaire, le « Petit-Beurre », je regrette, hein, pas le biscuit ordinaire...
LASPALES : Hein, ... Hein, quand même. Bon. Déjà, en arrivant ils n'ont pas eu l'air d'y faire attention, hein... Comme si ils en mangeaient tous les jours.
CHEVALIER : Ah non, mais les gens sont blasés de tout aujourd'hui, puis c'est tout.
LASPALES : Au moment du café, ils les ont avalés en 5 minutes, pas un merci, pas un compliment.
CHEVALIER : Ils auraient pu dire un mot quand même... hein... du genre... « ça fait plaisir un beurré, c'est une riche idée, ça termine bien un repas ! »
LASPALES : Ah, rien. Ça m'a déçu.
CHEVALIER : Ah ouais, ouais.
LASPALES : La prochaine fois, j'amènerai un truc tout simple !
CHEVALIER : Ah oui,
LASPALES : Oui, oui.
CHEVALIER : Mais nous, avec Simone, on avait été invités... euh... 3 semaines en Suisse, chez des amis qui ont un très joli châlet.
LASPALES : Bon... Oh dis-donc, ça devait pas être vilain !
CHEVALIER : Oui, oui, tous frais payés, plus sports d'hiver payés... hein...
LASPALES : C'était sympa de leur part.
CHEVALIER : Oui, oui, mais enfin, moi, tu sais, le ski... J'étais plus souvent au bar.
M'enfin, ils nous offraient aussi les consommations !
LASPALES : Oh dis donc, vous leur aviez amené quelque chose ?
CHEVALIER : Ouais, mais qui n'a pas été apprécié à sa juste valeur.
LASPALES : Ah, mais les gens manquent d'éducation, hein ?
CHEVALIER : Ah oui, c'est terrible.
LASPALES : Ah, c'était quoi ?
CHEVALIER : Ben tu sais que Simone travaille dans l'hôtellerie ?
LASPALES : Oui.
CHEVALIER : Bon
LASPALES : Oui, oui.
CHEVALIER : Des fois, quand elle fait les chambres, elle trouve des échantillons de savonnettes et de shampoing, qui n'ont pas été utilisés par les clients... ou alors très peu. Elle leur avait fait un joli assortiment, mon vieux, auquel elle avait rajouté, j'veux pas dire de bêtises... au moins 2 ou 3 serviettes citronnées rafraîchissantes du restaurant d'en bas. Eh bien, ça leur a fait plaisir, mais sans plus !
LASPALES : Ils n'ont pas apprécié ?!
CHEVALIER : Ils ne l'ont pas montré beaucoup en tout cas...
LASPALES : Oh !!!
CHEVALIER : Alors ça fait quand même mal au coeur, parce que je dis pas que ces objets-là avaient une grande valeur...
LASPALES : Non.
CHEVALIER : Mais enfin, l'idée était originale, on s'était creusé.
LASPALES : Il aurait peut-être fallu rajouter la bonnette de douche ?
CHEVALIER : Ouais... On voulait pas non plus avoir l'air de les écraser sous prétexte qu'ils habitent pas Paris.
Et puis, je vais te dire, ma femme avec la place qu'elle a, elle fait des envieux.
LASPALES : C'est vrai qu'en province ils ont des complexes par rapport à nous. C'est pas le même niveau culturel.
CHEVALIER : Ah bah non !
LASPALES : En revanche, quand on s'en va, j'aime bien ramener quelque chose de chez eux ! Pour avoir un souvenir.
CHEVALIER : Ah oui ! Mais moi, la vitrine qui est dans l'entrée, chez moi, c'est que des objets qu'on a pris chez des amis.
LASPALES : Ah mais moi, maintenant, je ne prends plus de bibelots, ça m'encombre !
Je donne direct un coup de canif dans le matelas, pour voir si il y a pas du liquide.
CHEVALIER : Mais il faut bien se rembourser ses frais de déplacement.
Quand tu vas chez eux, là, à 45 bornes de Paris, le carburant il coule, et qui c'est qui paye ???
LASPALES : Ah, ah !
CHEVALIER : Hein, qui c'est qui paye, hein ?
LASPALES : Sans compter l'obsolescence de la voiture.
CHEVALIER : Oh, ben moi, de ce côté-là, ça va, j'ai un diesel !
LASPALES : T'as beau avoir un diesel, si tu veux arriver à l'heure, faut quand même y mettre du super !
CHEVALIER : Ouais, sinon c'est un coup à rater l'apéro.
LASPALES : Faut toujours arriver à l'heure chez des amis, c'est une question de savoir vivre.
CHEVALIER : Nous, en général, avec ma femme, on arrive la veille, on pique nique devant l'entrée ou sur la pelouse, ils voient qu'on est déjà là, ils nous font rentrer.
LASPALES : Comme ça vous gagnez une nuit, et vous avez vos aises.
CHEVALIER : Eh oui. Et puis moi, ça me permet de voir si il y a rien qui cloche au niveau sanitaire.
LASPALES : Moi je demande toujours la clef de la salle de bain en arrivant.
CHEVALIER : Ah oui ?
LASPALES : Bah, comme ça il y a que ma femme et moi qui pouvons l'utiliser.
CHEVALIER : Mais t'as raison, c'est bien plus hygiénique... Et vous avez beaucoup de bagages ?
LASPALES : Rien du tout, j'suis invité. J'exige tout fourni, tout. Dentifrice, brosse à dents, savonnette, tout !
CHEVALIER : Ah oui, hein, moi pour ma femme, pareil, hein, mousse à raser, lotion après rasage, euh...
LASPALES : Tout !... Et là où c'est bien agréable aussi d'être chez des amis, c'est pour le téléphone !
CHEVALIER : Ah bah oui, ah bah évidemment ! Tu réduis tes frais considérablement.
LASPALES : Eh oui.
CHEVALIER : Moi, tous mes clients, je les rappelle le week-end de là où je suis.
LASPALES : Moi pareil pour ma famille. Surtout du côté de ma femme : c'est les DOM TOM...
Et l'autre jour, nos amis n'en revenaient pas qu'on entende aussi bien Tahiti.
CHEVALIER : Ah oui !
LASPALES : Ils voulaient pas me croire... Je leur ai dit : « Vous verrez sur votre facture ! » eh oui !
CHEVALIER : Et en général quand tu pars en week-end comme ça chez des amis, tu restes combien de temps ?
LASPALES : Pas plus de 3 semaines. Avec les amis je sais rester discret.
CHEVALIER : T'as bien raison, vaut mieux pas passer pour un goujat auprès de ces cons là, sinon ils te réinvitent pas.
LASPALES : Dis donc, le week-end prochain, tu fais quoi ? Parce qu'avec ma femme on avait pensé venir chez vous.
CHEVALIER : Ah ben, c'est curieux que tu me dises ça, parce que nous, on voulait venir chez vous, hein, dis donc !
LASPALES : A ce moment-là, pourquoi on irait pas tous ensembles chez les Gauthier, ils viennent d'installer une piscine !
CHEVALIER : Attends... quel jour on est ? Mardi, eh bien c'est bon : on part ce soir. On les appelle ?
LASPALES : Non, on y va direct, une fois là-bas, ils nous mettrons pas à la porte !
CHEVALIER : On amène quelque chose ?
LASPALES : Laisse donc,... on leur fera un beau bouquet en arrivant.
Ils ont de très belles fleurs dans leur jardin, ils n'en font rien.
CHEVALIER : Je vais peut-être quand même prendre les 2 yaourts qui me restent dans le frigo, parce que dans 3 semaines, ils seront périmés.

(c) Philippe Chevalier et Régis Laspalès