Chevalier et Laspalès : Le pavillon - Philippe Chevallier et Régis Laspalès Texte intégral sketch Humour Télécharger Audio MP3 Vidéo Youtube transcription
http://buze.michel.chez.com accueil Livre d'or
Chevalier et Laspalès : Le pavillon

CHEVALIER : Alors, ce pavillon, il est construit ???
LASPALES : Ouais.
Ça y est, on est dedans...
Et c'est pas cher !!!
1000 francs par mois...
Propriétaires au bout de 44 ans...
CHEVALIER : T'as pris le modèle, où y'a plus que le plancher à poser ?
LASPALES : Ouais...
Et puis le toit aussi...
... Et puis la cave et le garage, à creuser...
CHEVALIER : Oh, c'est l'affaire de 2/3 ans de travail...
Et encore, en travaillant pas les jours fériés...
LASPALES : Surtout que le toit, c'est facile !
C'est des plaques cartonnées imperméabilisées...
Y'a un papier qui protège dessus - comme du papier toilette -, mais qui résiste à l'eau...
CHEVALIER : Nous, dans notre modèle, le toit, la cave, le garage, on les avait...
C'est le reste, qu'on a du faire nous même.
LASPALES : C'est l'avantage de la maison de maçon :
Tu payes pas cher, mais tu sais - ce que T'AS !!!
CHEVALIER : Et plus tu vis dedans, plus tu vois - ce que T'AS...
LASPALES : Y'aura l'électricité aussi...
Mais ça, ça presse pas...
On s'en sert que la nuit...
CHEVALIER : Ah ! Moi, je l'ai installé moi même, l'électricité...
LASPALES : Ah bon !???
CHEVALIER : Ouais !
Depuis le village - qui est à 10km - tous les pilonnes, jusqu'à la maison, c'est moi qui les ai plantés, avec ma femme...
LASPALES : Elle est costaude, Simone !
CHEVALIER : Ah, ça !...
Fallait la voir abattre les sapins à la "h"ache !
LASPALES : Nous, plus tard, dans notre maison, on pourra rajouter une chambre... si on a un chien...
Elle est évolutive...
CHEVALIER : La notre, aussi, elle évolue...
On est en terrain argileux, alors elle s'enfonce...
Quand on se déplace à l'intérieur, forcément, faut se vouter un peu, mais à table, ça va, on se tient droi"t".
LASPALES : Ça change de la ville, hein, quand même ?
CHEVALIER : Ouais
Cot cot cot cot cot cot.
LASPALES : On sort de chez soi, on respire !
CHEVALIER : Cot cot cot cot cot cot.
LASPALES : On a mis un grand mur en ciment, tout autour, pour nous protéger du barbecue du voisin...
CHEVALIER : Moi, sur le mur, j'ai rajouté les barbelés, pour pas qu'on nous regarde.
LASPALES : C'est ça, la résidence pavillonnaire : c'est le respect de l'intimité.
CHEVALIER : Sur la pelouse, entre les nains en céramique, j'ai mis des pièges !
LASPALES : Nous, les nains, ils sont alignés dans le living...
On les sort que si il fait beau.
L'autre jour, il pleuvait, y'en avait un, il voulait pas rentrer !!!
CHEVALIER : Ah, cet abruti de petit teigneux de nain !!!
C'est teigneux un nain !
Oh, j'aime pas ça, moi !!!
LASPALES : Ouais, parce que c'est des vrais nains, hein !!!
C'est pas de la céramique !
CHEVALIER : Non, non, il les a depuis qu'ils sont tout petits...
LASPALES : Ce serait à refaire, je me mettrais plus loin de l'autoroute...
CHEVALIER : Mais tu savais pas au début !?
LASPALES : Ben non !!!
Ce qui m'a mis la puce à l'oreille, c'est quand les bulldozers ont poussé nos chambres, plus loin.
Je m'suis dit : "On doit être sur une trajectoire d'autoroute... ou d'IVG..."
Puis, c'était l'autoroute !
CHEVALIER : Tu sais, le bruit, on s'y fait...
Et moi, je vois, on est à combien ?
LASPALES : Of !
CHEVALIER : Ah !
LASPALES : Pof...
CHEVALIER : Allez, on est pas à 30 m...
LASPALES : Bof...
CHEVALIER : Allez...
LASPALES : Patapof...
CHEVALIER : Ouais, ouais...
LASPALES : Pof...
CHEVALIER : Allez...
LASPALES : 20 mètres...
CHEVALIER : Allez, mettons... 22 mètres !
Coupons la poire en deux...
On est à 22 mètres de la base aérienne...
Au début, ma femme, elle rallait.
Maintenant qu'elle est sourde, y'a plus de problèmes.
LASPALES : Non, mais dans l'ensemble, notre pavillon, on en est content...
CHEVALIER : Tant mieux !
LASPALES : Mais, ce serait à refaire, je prendrais un crédit moins long...
Parce que là, je vais être obligé de revendre, pour rembourser...


© Philippe Chevallier et Régis Laspalès