Jean-Marie Bigard Le parano Texte intégral sketch Humour Télécharger Audio MP3 Vidéo Youtube
http://buze.michel.chez.com accueil Livre d'or
Bigard : le parano
Tu sais qu'on me l'avait dit, ça ?
Attends, mais j'déconne pas, on m'l'avait dit, hein !
On m'avait dit : "Un jour, tu s'ras cambriolé... comm' tout le monde !"
Alors, moi, j'y croyais pas, tu vois...
On m'disait : "Ouais ! Tu verras, c'est comm' un viol, et tout, tu vois, ça..."
Moi, j'disais : "ça arrive qu'aux autres...".
Et puis, ça a pas loupé, mesdames et messieurs, j'ai été cambriolé !

D'toutes façons, c'est bizarre, ce..., tu vois, ce jour là, je m'sentais, euh, oppressé, tu vois, euh... je m'sentais observé !
Déjà : en sortant du métro, t'sais, y'a toujours un plan là, à la sortie du métro... Sur le plan, c'était marqué : "Vous êtes ICI.".
Je dis : "Oh, putain ! On m'observe !!!
Je cours de l'autre côté de la rue, y'avait un autre plan. Y'avait que moi qui regardait, ça s'adressait forcément A MOI, tu vois...
C'était encore marqué : "Vous êtes ICI.". Ils s'avaient déjà que j'avais traversé la rue !!!
J'ai dit : "A tous les coups, on est en train de me cambrioler..."

Alors là, euh, ni une ni deux, je saute, euh, dans la bagnole.
Et là, sur le chemin du retour, euh, tout d'un coup : Pan ! Le feu passe au rouge... Là, je dis : "Ah, d'accord ?! On cherche à me retarder..."
OK. J'attends... Le feu est TRES long !!! Il passe enfin au vert. Je redémarre.
Deux minutes après.... Pan ! Un autre feu rouge... Je dis : "Oh, putain, ils sont organisés, les mecs !"

J'arrive enfin, euh, devant chez moi, et là..., là, y'avait une place pour se garer... juste devant chez moi !!! Ha, ha, ha !
Ben, y'a jamais d'place devant chez moi... Hein ? Comme par hasaaaaaaaaaaaaard !!!
Alors j'ai été me garer en haut de la rue, hein, comme je vais d'habitude, hein... Pas m'faire baiser la gueule, hein...
Et là, arrivé, euh, devant la porte de... de la maison, là, j'me suis aperçu que j'avais été cambriolé ! Et pis, pas par un blaireau, hein ?
Ah non, moi, un professionnel, hein. T'aurais vu la serrure, euh : Intacte, hein ! Pas UNE rayure...

D'ailleurs, une fois à l'intérieur, j'ai eu la confirmation que, euh, c'était un professionnel, parce que, des petits voyous, ils m'auraient tout chamboulé dans... dans l'appartement, lui, il avait tout remis - en - place.

Alors, je déboule dans le salon, là : tous les tiroirs du buffet, TOUS, refermés ! Même c'lui qui coince, qu'il faut rentrer en biais, tu sais...
Et c'est dans la cuisine que j'ai vraiment commencé à flipper, hein.
Là je me suis dit : "Bon ! Qu'il remette mon bol dans l'évier - après tout, un pro c'est un pro, ça se discute pas. Hein ? -
Mais ma machine à laver, sur le n°4, comment il savait que j'allais faire une lessive synthétique, cet EN-CU-LE !!! Comment ???!!!"

Alors, aussitôt, j'ai fouillé, euh, toute la maison, hein, tu penses, hein, pour savoir, euh, ce qu'il m'avait piqué, hein.
Alors là, j'ai fouillé de fond en comble, hein, du grenier, euh, à la cave, euh, partout...
Bon, en fait, à première vue, il m'a..., si tu veux, bon, il m'aaaa, bon ben, il..., euh, non mais, euh euh, il m'a, il m'a, il m'avait rien piqué...
Bon. Mais... Non, non, mais attends, attends ! Parce que, après, après... en sortant le linge, euh, de la machine, euh; j'me suis aperçu qu'il me manquait une chaussette... Alors, évidemment, ça a l'air insignifiant, comme ça, une chaussette. NOOOON !!! Nooon... Nooon...
Ce mec est très fort... Si vous voulez, en me piquant cette chaussette, euh, qu'est ce qu'il veut m'dire ?
Ben, il veut m'dire, tout simplement : "Je rentres chez toi, quand je veux !" Vous savez, un gars comme ça, ça improvise pas, hein !

A tous les coups, ça fait des mois qu'il épie mes moindres gestes : il m'guette !
Va savoir ! Un moment d'inattention... euh... il aura peut être pris une empreinte de ma clé, dans d'la mie de pain.
Ben oui, on regarde JAMAIS s'il nous manque de la mie de pain, hein ?
Ben, ça, ils pourraient le dire, les... les flics, ils le connaissent le coup de la mie de pain !

Alors, après, évidemment, il est comme chez lui, hein ? Il rentre, il sort, il s'cache dans la maison, je sais qu'il s'cache !!!
D'toute façon, ça a pas trainé, moi, immédiatement, j'ai scié les pieds du lit. Ha, ha,ha !
J'ai brûlé les rideaux, j'ai cloué toutes les portes des placards ! Comme ça, y'a plus UNE cachette dans la maison.
J'ai fait comme vous auriez tous fait... J'suis normal ! Quoi, euh ???
J'ai changé de serrure... j'ai remplacé le pain par des biscottes.. Ha, ha! Vas faire une empreinte de clé, dans d'la biscotte !!!

Eh, ben oui, mais, le lendemain, il était revenu !
Les chaussons, bien rangés à côté des patins, le, l'é... l'écharpe, le bol dans l'évier, ...
Vous pouvez pas savoir, j'ai tout fait, et à un moment même, je, tu vois la pression était telle, tu vois; entre... entre lui et moi, tu vois, y'a, euh... ah ! j'ose même pas vous l'dire, parce que bon, bon... bon, si vous voulez, à un moment, je me suis fait fabriquer, carrément une serrure "spéciale" : tu vois, je, euh, bon, euh, j'ouvrais avec ma bite...
J'ai dit : "Là, s'il veut faire une empreinte... j'vais forcément le sentiiiir !"

Eh ben, le lendemain, il était revenu !
Comment ???!!! Ben, hein, le problème avec les biscottes, c'est que... une fois mâchées.. euh... ça fait de la pâte, hein, quand même, hein.
Eh oui, malheureusement, ma femme, était dans le coup ! Tu penses ! C'est ELLE qui lui a refilé l'empreinte !!!
Ah, tu peux y aller ! Celle là, j'l'ai viré à coups de pompes dans le cul, hein ?
Alors après, évidemment, j'ai perdu mon boulot, à force de rentrer huit fois par jour à l'improviste pour essayer de le choper, tu vois...

Et là où d'autres auraient craqué - Si, y'en a qu'auraient craqué ! - Moi, j'me suis concentré, quoi ? huit dix jours, et tout d'un coup, la lumière !
J'étais plus une victime, fallait que j'passe à l'attaque, que je l'fasse mordre à l'hameçon, cet en-cu-lé !!!

Aussitôt dit, aussitôt fait, j'ai couru à ma banque, j'ai cherché tout l'argent que j'avais sur mon compte, en p'tites coupures, qu'ça fasse plus gros, avec le coffre, où j'avais les bijoux de famille.
J'suis renté à la maison. J'ai tout étalé en évidence dans la maison : une liasse, un bijou une liasse...
Sur le lit, euh, dans l'entrée, sur la table, partout...
J'ai laissé toutes les portes de la maison grandes ouvertes ! Ha, ha, tu vois le truc, tu vois ?
Et là, j'ai préparé ma valise. J'suis sorti. Et là, arrivé à la voiture, j'ai discrètement murmuré à mon voisin :
"Je pars à Tourcoing... pour au moins quatre jours !!!" Ha, ha, ha, ha !

Et là où je suis fort, c'est que... je suis réellement parti à Tourcoing...
Et quand je suis revenu, il avait tout piqué ! Il avait mordu à l'hameçon comme un débutant ! Ha, ha, ha, ha !
Ah, je vois c'que vous voulez dire, c'est votre côté, euh, parano, ça, évidemment, hein.
Evidemment, vous êtres en train de vous dire : "C'est peut être pas lui. hein ? C'est peut être un gars d'passage ?".
Un gars d'passage ??? Ah, tu me faites rigoler !!!
Me dis pas qu'il avait pas une cinquantaine de complices qui m'observaient JOUR ET NUIT ? Bon, s'il voulait pas que le butin lui échappe, hein.

De toutes façons, rassurez vous, hein, j'ai, j'ai la preuve, hein, que, que c'est lui, hein, ha ha !
Et ouais, parce que il, il s'est fait baiser la gueule, euh, toujours à cause de ses petits signes, à la con, là, tu vois. Ha ha !
T'sais ce qu'il avait fait ??? Hé ! Il m'avait remis, euh, ma chaussette, ouais, SOUS mon bac à linge; Ha, ha, ha, ha !

Ah, le con !!!

(c) Jean-Marie Bigard