Jean-Marie Bigard : mec bourré : http://vu.fr/rire #bigard #salope
Bigard : le mec bourré
Vous avez vu les lendemains de cuite ? Nous, on invente des mots...
On fait des contractions qui sont pas dans le dictionnaire.

L'autre jour, je croise un copain un lendemain de cuite, encore un peu bourré de la veille, et alors, tu sais, je lui dis un truc évident.
Et illico, il me répond : "C'est 'clur'...".

Ça, c'est un mélange de "C'est clair" et "C'est sûr".
Un seul mot pour dire 2 trucs, c'est génial !
Vous avez aussi... Vous avez aussi...
Hein ? Qu'est-ce qu'il y a ? Il me fait ça...
Attention, on sait pas ce que tu veux dire...
Ah, c'est la circulation ?

Vous avez aussi le "Bonjoir"...
C'est en fin d'après-midi, quand on a fini de dire "Bonjour" et qu'on va pas tarder à dire "Bonsoir".
T'arrives, tu dis "Bonjoir !"... T'étais encore bien bourré, hier...

Et une autre fois, je recroise mon pote, mais il était encore plus bourré que la veille.
Il s'approche de nous, il fait: "Si je peux me faire mettre..."
"Non, non, non, oh lala ! Attention !!! Ça veut dire complètement autre chose, là..."

Je me laissais pousser la moustache... Et il s'approche de moi : "Tiens, tu te laisses 'poustache' ?"
On comprend très bien "Tu te laisses poustache". On voit pas pourquoi on dit toute la phrase...

Remarque, je suis un peu avantagé car j'ai fait "mec bourré 2ème langue"... Je parle couramment le mec bourré....
Si, tu sais, ça aide... Ça permet de comprendre le gars dans le métro ou sur le trottoir qui a la bouteille à la main :
- "Ta ta ta ta ta..."
Là, je traduis. (Il rit.)
- "Mesdames et messieurs, je réclame votre attention, s'il vous plaît..."

Après, il fait: - "Hé, t'aurais pas 100 balles ???"
- "Auriez-vous l'obligeance de me dépanner d'l franc ou 2 ? Cela constituerait pour moi un capital de départ qui me permettrait de renouveler le contenu de cette bouteille dont je suis extrêmement friand."
Merci, mesdames et messieurs... C'est super, Non. ?

Ça, ça veut dire : "Je suis content".

Et alors, après... Il insiste, le gars, il fait, tu vois ? :
- "Hé tu veux pas ? Hé, tire-toi, hé connard !"
- "Quel dommage que vous ne puissiez pas accéder à ma requête...
Toutefois, et malgré le différend qui manifestement nous oppose, je vous recommande chaudement d'entrer en contact avec la population masculine grecque. "

Ben ouais.

- "Bleuh bleuh bleuh !"
- "De toute façon, vous m'êtes indifférent..." - "Gna gna gna !"
- "Il est même possible que je ne vous adresse plus jamais la parole."
Eh ben, vous voyez, ce mec-là, on le comprend très bien...

On s'aperçoit même que dans un spectacle, dans une conversation, ou même ce soir à Bercy, on s'aperçoit... que l'intention qu'on y met...
C'est tout ce qui n'est pas le langage : les mouvements du corps, le volume de la voix, les sourcils, les yeux...
Eh ben, l'intention y est pour beaucoup sur la compréhension. Je te jure !
Par exemple, quand vous regardez un film de cul sur Canal+, et que vous avez pas de décodeur, eh ben, grâce aux intentions, on comprend ce qui se passe...
Le film de cul, ça fait comme ça... (Il imite le grésillement).

Grâce aux intentions... Et même si... même si vous montez le son, on arrive à comprendre des mots.

- Mamie est sur le coup, tu peux y aller. Tu essaieras, mamie, tu mets bien l'oreille sur le truc.

On comprend des mots. Ça fait comme ça.

- Mets bien le son à fond.

- "Vas-y ! ... Mets ton zizi !!!"
==
(c) Jean-Marie Bigard