Didier Bénureau : Le cha-cha de Maman
Je ne peux pas te dire "je t'aime"
J'aime trop ma maman
Femme de soixante ans
Au visage d'enfant,


Même si t'as vingt ans
De plus que moi, maman,
Tu restes avec mémé
Ma première fiancée




Je me souviens de ton cabas
Rempli de haut en bas
Et de ton coeur qui bat, qui bat
Pour ton gentil bébé
Qui c'est ?


[Refrain:]
C'est la maman de maman, ma mémé
C'est le bébé de mémé, ma maman
Car ma mémé fut maman
Quand ma maman fut bébé
Le bébé de ma mémé c'est maman,
La maman de ma maman c'est mémé,
Mon aimée c'est ma maman,
C'est mémé


[Parlé:]
Attention, couplet politique

[Chanté:]
En grandissant parfois l'on croit
Qu'pour être un homme on doit
Oublier à jamais
Le bébé qu'on était
(Mais ça c'est faux, hein, parce que)

Paraîtrait même que l'Président
Sur sa ligne privée
Entend de temps en temps
Une voix murmurer
- Allô, c'est toi mon bébé ?
- Allô, c'est toi maman ?
(C'est la maman du Président)

Et même les méchants voyous
Ont une petite maman
Qu'ils appellent tendrement
Après leurs mauvais coups
- Allô, c'est toi maman ?
J'ai encore fait un mauvais coup !

[Refrain]
C'est la maman de maman, ma mémé
C'est le bébé de mémé, ma maman
Car ma mémé fut maman
Quand ma maman fut bébé
Le bébé de ma mémé c'est maman,
La maman de ma maman c'est mémé,
Mon aimée c'est ma maman,


Conclusion :


Tu ne pourras jamais m'aimer
Comme m'aimait maman,
Même en mimant mémé
Qui m'aimait tout autant










Que faut-il finalement
Pour faire une maman ?
Des enfants, un cabas
Et l'amour d'un papa
Qui c'est ?



C'est le papa de papa, mon pépé
C'est le bébé de pépé, mon papa
Car mon pépé fut papa
Quand mon papa fut bébé
Le bébé de mon pépé c'est papa
Le papa de mon papa c'est pépé
Mon aimé c'est mon papa,
Et pépé et maman aussi
Et voilà, c'est fini !


(c)Didier Bénureau